orthopedic pain management
Presse : 2011, Octobre, La Gazette de Bali

logotop

Sur les routes du Nord de Sumatra…

Pour la troisième fois, un groupe de motards Réunionnais de l’association Motoland Aventure est parti en terre indonésienne avec l’agence Archipelago Adventure, sur des KLX et KLR Kawasaki 250 et deux pétrolettes locales.

Il faut dire que cet archipel riche de treize mille îles n’en finit pas de se visiter. Les îles les plus connues sont Bali, Java ou Kalimantan (partie indonésienne de Bornéo). Sumatra l’est probablement moins, car elle reste très sauvage. C’est pourtant la sixième plus grande île au monde, avec près de cinq cent mille kilomètres carrés et plus de cinquante millions d’habitants…On vous souhaite la bienvenue (Selamat Datang) à Sumatra, comme partout en Indonésie, dès votre arrivée dans le petit aéroport de Medan, la plus grande ville, au nord de l’île. L’autre aéroport, près de Padang, plus au sud, est le deuxième port d’entrée sur l’île. Les touristes, qui ne sont pas si nombreux, restent en général sur cet axe Medan-lac Toba-Padang, la jungle couvrant la moitié de l’île. Le lac Toba est incontournable à Sumatra. C’est un lac de cratère, né il y a environ cent mille ans d’une éruption volcanique. Long de cent kilomètres, et d’une profondeur pouvant atteindre les quatre cents mètres, il y abrite la magnifique île de Samosir, qui se trouve donc être une île dans une île…Le trip moto de deux semaines de nos dix huit aventuriers de la Réunion s’est concentré autour de ce lac et de l’île de Samosir, qui compte quatre vingt mille habitants, avant de se terminer dans la forêt primaire de la réserve du Bukit Lawang, à la rencontre des derniers orangs outans sauvages de la planète.

 
 

Sumatra et la culture Batak...

Le lac Toba à Sumatra est le centre de la culture du peuple Batak, dont la majorité est protestante. Cette enclave chrétienne dans un territoire principalement musulman a aussi gardé sa lointaine tradition animiste, imprégnée de cultures ancestrales. L’unique musée batak de Sumatra vient d’ailleurs d’ouvrir début 2011 dans la petite ville de Belige. Pour les Bataks, le lac Toba et l’île de Samosir sont un don des Dieux à la terre entière, un endroit unique, magnifique, et du reste longtemps préserver des touristes. Les premiers seraient des hippies arrivés dans les années soixante dix. L’architecture traditionnelle batak est ce qui frappe d’emblée le voyageur étranger. Les maisons présentent toutes ce toit incurvé qui rappelle la forme d’un bateau. La vie est simple dans ces villages traditionnels, qui ont toutefois pris à la modernité ces immenses antennes paraboliques.

 

Un peuple pour qui rien n'est grave...

Après une bonne journée de voyage, difficile de se retrouver quatre heures, dont deux bonnes heures d’embouteillage, enfermées dans un bus à la climatisation aléatoire, pour le trajet Medan-Siantar. Nos motards n’ont qu’une hâte, enfourcher leurs bécanes. Très vite nous apprendrons qu’à Sumatra, comme en Indonésie, « rien n’est grave… » qu’il ne sert à rien de s’énerver, ni d’être trop pressé… on trouve toujours une solution à tout. Il suffit de voir ces deux-roues d’un autre âge, BSA, vespa et autres pétrolettes, réparées ingénieusement, pour en être convaincu…Dès le lendemain de notre arrivée, nos motos nous conduisent à travers de somptueux paysages, plantations de thé, cacao et café. Nos haltes régulières dans les « bars » locaux, ne se font pas sans un « copy » (café) traditionnel, où l’on trouverait plus à manger qu’à boire…Les jours suivants, ce sont les rizières qui nous ravissent, puis les routes de montagne jusqu’à Panguruan, ville étape à l’entrée de l’île de Samosir. Les touristes de Samosir aiment se reposer dans la presqu’île de Tuk Tuk. L’île se visite en une journée, par son littoral ou par ses plaines verdoyantes où se perdent des buffles nonchalants. La traversée des forêts d’eucalyptus nous laisse quelques souvenirs endoloris…

Des modèles réduits de maisons bataks nous intriguent, car on en aperçoit partout. Il s’agit de tombeaux, que les habitants de l’île de Samosir construisent dans leur jardin, véritable culte des morts. Certains enterrements sont d’ailleurs une vraie fête, lorsque la personne disparue a vécu longtemps et a réussi sa vie par le fait que ses enfants soient devenus indépendants…mais les morts sont bien morts, bien que l’on pense qu’ils aident les vivants en leur donnant une force intérieure…les Bataks ont aussi l’habitude, plusieurs années après la disparition de leur proche, de rouvrir la sépulture pour changer le linceul. C’est l’une des nombreuses similitudes que nous observerons ici avec le peuple malgache, à qui il est reconnu des origines indonésiennes.

 

Nous quittons la région du lac Toba de manière assez rocambolesque…en effet, c’est tout un art de faire passer neuf motos sur une planche étroite pour rejoindre une embarcation loin des normes européennes. La route pour parvenir à « l’embarcadère » est aussi pittoresque, détrempée par l’orage de la veille. Certains échappent de peu à la chute, notamment dans la descente finale…Les jours suivants nous rapprochent de la forêt primaire. Avant d’y arriver, nous passons une nuit dans la petite ville de montagne du joli nom de Berastagi. Perchée à 1600 mètres d’altitude, elle offre un marché de fruits bien pourvu et est un point de départ pour le volcan Sibayak.

 

A la rencontre des orangs outans

La route qui nous mène jusqu’à la réserve du Bukit Lawang, est révélatrice du drame écologique que tentent de combattre les amoureux de la nature. A la forêt succèdent des champs de palme, cultivés pour leur huile très rentable. Ces terres ont été vendues par les habitants pauvres et pour qui les risques de disparition des espèces animales peuplant ces contrées pesaient bien peu face à leur propre survie. Aujourd’hui, le développement de l’éco-tourisme aux abords de la forêt primaire, comme celui de la réserve où nous passons trois jours, permet de concilier essor économique des villages et préservation des autres « habitants de la forêt », que sont notamment les orangs outans. Il reste moins de sept mille orangs outans à Sumatra et ces aires de préservation comme le Gunung Leuser National Parc, sont leur seul salut. Ils cohabitent avec d’autres singes mais, ils sont le plus grand primate asiatique dont le patrimoine génétique est le plus proche de l’homme (à 96 %...). L’orang outan se nourrit surtout de fruits et peut atteindre 1m40 pour 90 kilogrammes. Son espérance de vie est de 40 ans. Le petit n’est autonome que très tard et reste éduqué par sa mère jusqu’à sept ou huit ans…

 

Cette ultime étape nous fascine, nous qui n’avons pas l’habitude à la Réunion de rencontrer une telle faune en forêt…nous partons à regret et certains d’entre nous se jurent déjà de revenir un jour sur l’île attachante de Sumatra, en deux roues bien entendu !

 

 

Sophie Vallée (Motoland Aventure)

 


 

Motoland Aventure est une association loi 1901, créée à La Réunion en 2001, et dont l’objectif est de permettre la découverte de pays et de cultures différents, dans un esprit de partage, d’aventure et d’authenticité. Les voyages auxquels participent les proches de l’association se font sur des motos louées sur place, comme la légendaire Royal Enfield en Inde ou la 125 Minsk au Vietnam. Grâce à l’équipe passionnée de Motoland, des milliers de kilomètres ont pu être parcourus en Inde, au Vietnam (le premier séjour avait concrétisé la traversée du Vietnam du Nord au Sud sur près de 3000 km), au Cambodge, en Indonésie, au Laos, au Kirgisthan, et au Sri-Lanka… A chaque voyage, des milliers d’images sont rapportés, qui permettent de prolonger l’aventure, grâce à des articles rédigés par l’association et qui paraissent dans la presse Réunionnaise (plus d’une cinquantaine depuis 2001) et des expositions photographiques (deux ont été réalisées et une troisième exposition se prépare sur le Vietnam du 7 au 29 ocobre 2011, à la médiathèque de Saint-Denis.) L’association travaille aussi avec Serge Marizy pour la réalisation de films de ces voyages, diffusés régulièrement dans l’émission Zone Australe sur Antenne Réunion. Des reportages sur ce périple à Sumatra seront diffusés en 2012 après le journal télévisé d’Antenne. Pour en savoir plus, consultez le site internet de l’association :

 

www.motoland-aventure.com

Coordonnées téléphoniques : 02 62 29 60 76

 

joomla template
template joomla